Marchés financiers : c’est le moment de se positionner

Les marchés financiers n’ont pas connu de crise majeure cet été 2017. Toutefois, nous avons pu noter tout de même une période de reflux des marchés.

Business graph with arrow showing profits and gains financial on the stock exchange.

Les acteurs des marchés financiers ont pris quelques bénéfices cet été. Parallèlement, des tensions sont apparues sur le marché obligataire et la crise Nord Coréenne a créé des mouvements de volatilité sur le marché des actions.

Ci-dessous, un passage de la dernière lettre d’information de la Financière de l’Arc :

« La Corée du Nord a procédé à son sixième essai nucléaire, le plus puissant à ce jour. Cela a ravivé spectaculairement les tensions avec les Etats-Unis qui réclament les sanctions les plus fortes possibles envers Pyongyang lors d’un Conseil de sécurité des Nations unies. Moscou juge ce vote prématuré. L’or remonte ainsi à son plus haut niveau depuis près d’un an à 1.350$ l’once. Alors que les bourses américaines étaient fermées lundi aux Etats-Unis en raison du Labor Day, l’attention particulière a été portée sur les déclarations de gouverneurs de la Fed tel Neel Kashkari, président de la Fed de Minneapolis, qui reproche aux récents relèvements de taux d’être non seulement responsables de la faiblesse de l’inflation mais aussi de miner le rebond du marché de l’emploi (souvent évoqué pour justifier le durcissement de la politique monétaire). Lael Brainard, gouverneur de la Fed, commente que l’inflation aux Etats-Unis est bien éloignée de l’objectif de 2% de la réserve fédérale. La prudence en matière de relèvement des taux d’intérêt est donc de mise, avant la réunion des 19-20 septembre prochains.

Comme prévu, la BCE confirme la poursuite de la politique monétaire ultra-accommodante se réservant la possibilité d’augmenter ses rachats d’actifs si nécessaire. Les taux sont donc maintenus aux niveaux actuels : -0.40% pour le taux de dépôt, 0.25% pour le taux de facilité de crédit, et les 60 milliards d’euros de rachats d’actifs mensuels se poursuivent au moins jusqu’en décembre. Néanmoins, l’institution se veut rassurante en affirmant qu’elle peut accroître le programme en termes de volume et/ou durée si les perspectives sont moins favorables ou si l’ajustement durable de l’évolution de l’inflation est compromis. »

image1

Malgré ces tensions politiques, les catastrophes naturelles, nous sommes à un moment qui peut être opportun, pour les investisseurs :

  • une conjoncture économique française et européenne à la hausse
  • un environnement de taux bas qui perdure
  • un niveau des marchés actions européens favorable pour investir
  • un marché monétaire négatif
  • des fonds euros qui, avec les taux bas, vont proposer des taux nets de frais proche de zéro voir négatif pour certains contrats dès 2017.
  • un marché obligataire sous tension

C’est donc le moment de ne pas rester immobile et sachez profiter des opportunités selon votre sensibilité aux risques !!!

conseiller gestion de patrimoine