Evolution des marchés financiers à fin mai

Les indices à fin mai :

            CAC 40 : 5 007,89 points ; +17,21% depuis le 01/01/15  

  • CAC PME : 1 404,09 points ;+17,67% depuis le 01/01/15  
  • Eurostoxx50 : 3 570,78 points ; +13,49% depuis le 01/01/15 
  • Nikkei : 20 563,15 points ; +22,43% depuis le 01/01/15   
  • Dow Jones : 18 010,68points ; +4,93%depuis le 01/01/15
  • Nasdaq : 5 070,03points ;  +10,39% depuis le 01/01/15 
  • Emergents : de +3,12% à +19,32% depuis le 01/01/15
  • EUR/USD : 1,0909
  • Or : 1 190,50$
  • Pétrole BRENT : 65,50$
  • EURIBOR 1 an : 0,159
  • OAT 10 ans : 0,734%

conseiller gestion de patrimoine

Les actions

Les marchés européens font preuve de fébrilité depuis la mi-mai en raison de craintes de fissures dans l’édifice européen : montée des indignés dans les scores électoraux en Espagne, victoire des conservateurs qui conduira à un référendum d’ici 2017 sur l’appartenance de la Grande-Bretagne à l’Union européenne, poursuite du « feuilleton » sur le respect par la Grèce de ses engagements en matière de dette publique. Sur ce dernier point, le risque politique reste important, ce qui va encourager la BCE à rester très accommodante cette année, notamment lors de sa réunion de politique monétaire. Un nouveau sommet de crise a en effet été organisé sur la question grecque par la Troïka, témoignant de l’urgence de la situation. Les Européens et le FMI ont transmis une liste de propositions au gouvernement d’Alexis Tsipras qui pourrait servir de base à un accord. Un compromis apporterait un support additionnel temporaire à l’euro dans son bras de fer avec le dollar.

Du côté des Etats-Unis, le marché commence à s’aligner sur les réactions de la Fed. Comme les derniers communiqués l’ont confirmé, le comité de politique monétaire de la Fed tend à considérer la croissance économique décevante du premier trimestre comme provisoire. En effet, l’activité montre des signes d’accélération dans l’industrie manufacturière mais aussi dans la construction, secteur crucial pour l’économie américaine. Dans ces conditions, la FED devrait amorcer le processus de normalisation des taux d’intérêt au cours des mois à venir. La remontée des taux d’intérêts avant la fin de l’année fournit donc un signal supplémentaire de prudence aux investisseurs obligataires.

En Chine, les indices PMI des services s’inscrivent en hausse,  l’activité s’accélère, portée par une augmentation très marquée des nouvelles commandes. La croissance se poursuit donc donc en faveur de la demande domestique et des services aux dépens des investissements et des exportations avec une stabilisation du rythme d’expansion de l’activité.

conseiller gestion de patrimoine

Quelle stratégie adopter dès lors pour vos investissements ?

Privilégier, au-delà des risques de correction, la détention d’actions au détriment d’obligations souveraines (fond euro) qui offrent des rendements très faibles. Rappelons qu’à fin mai les taux à 10 ans des obligations souveraines allemandes et françaises s’élèvent respectivement à 0,5 % et 0,7 % ! Si vous êtes déjà investi en fonds euro, privilégiez les obligations corporate et les SCPI de bureaux et de commerces.

Face à un marché désormais bien valorisé en attendant de nouvelles informations positives, il faut adopter au sein de la part actions une gestion raisonnée, sélective sur la qualité et la décote (gestion Growth & Value). La diversification et la réactivité, deux notions qui prennent tous leurs sens aujourd’hui…

L’euro

Face aux incertitudes européennes suscitées notamment par le dossier Grec et à l’augmentation des taux de la FED anticipé par le marché, nous avons vu un raffermissement du dollar de 1.14 à 1.09.

Les taux

Dans ce contexte, les statistiques économiques restent l’élément moteur et ont orienté les principaux arbitrages entre classes d’actifs, dont certains ont été violents comme le décrochage des obligations souveraines des pays européens historiques dont les taux ont progressé, notamment de 15 bp en France et en Allemagne. Parallèlement à cette forte hausse des taux, il est à noter que le spread entre les bons du Trésor et les Bunds s’est à nouveau creusé.

Est-ce un signe annonciateur de nouvelles secousses à venir pour notre dette souveraine ?

conseiller gestion de patrimoine

Anthony BIORET

Anthony Bioret - Conseiller en gestion de patrimoine

anthony.bioret@asb-conseil.com

06.10.69.10.16

  • Conseiller en investissement financier, membre de l'ANACOFI-CIF N° E003944
  • Courtier en assurances sous le N° ORIAS : 14005498
  • Titulaire de la carte T Immobilier CPI 9101 2018 000 029 134 délivrée par la préfecture de l'Essonne.
  • Document d’Entrée en Relation