undefinedArjan van de Logt

La guerre en Ukraine a changé la donne pour les valeurs de défense

mercredi 29 mai 2024
Les valeurs européennes du secteur se sont envolées. Elles profitent de la volte-face stratégique des pays européens depuis le début du conflit en Ukraine.
Les chiffres n’étonnent presque plus : les dépenses militaires mondiales ont progressé l’an dernier de 6,8 %, atteignant le niveau record de 2 443 milliards de dollars, a calculé le Stockholm International Peace Research Institute (Sipri). La plus forte croissance depuis 2009. Et pour la première fois depuis cette date, « elles ont augmenté dans les cinq zones géographiques définies par le Sipri, avec des hausses importantes enregistrées en Europe, en Asie, en Océanie et au Moyen-Orient », précise l’institut. La dégradation du climat géopolitique mondial et, en particulier, la guerre en Ukraine ont, partout, fait rebondir les dépenses militaires, mais le contraste est le plus fort sur le Vieux Continent. Salve de records Logiquement, les investisseurs se sont pour la plupart tournés vers les titres européens – pourtant parfois boudés ces dernières années pour des raisons éthiques (critères ESG) – susceptibles de bénéficier de ce qui pourrait être une décennie de croissance selon certains analystes. Nombreux sont les titres ayant touché un plus haut historique cette année. Les carnets de commandes ont explosé de +50 %, +60 % ou même +90 % en deux ans pour les grands fabricants de matériel militaire. L’Allemand Rheinmetall ou le Suédois Saab sont perçus comme les plus à même de recevoir des commandes de l’Allemagne ou, pour le second, de profiter de l’entrée de la Suède dans l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Paradoxe français Les acteurs français comme Thales (électronique, munitions) ou Safran (moteurs et équipements), présents également dans l’aviation civile, ont suivi le mouvement en Bourse avec moins d’ampleur. La France est pourtant devenue le deuxième exportateur d’armes au monde l’an dernier, derrière les États-Unis, mais devant la Russie (respectivement 40 %, 10,9 % et 10,5 % des ventes mondiales selon le Sipri). Mais ce n’est pas tant en raison de la guerre en Ukraine et des pays européens, qui achètent beaucoup américain, mais pour beaucoup grâce aux avions de combat Rafale de Dassault Aviation. Des ventes réalisées auprès de l’Inde, des Émirats arabes unis, du Qatar, de l’Égypte… et pour moins d’une vingtaine d’exemplaires auprès de la Grèce et de la Croatie.
Les principales valeurs du secteur
Valeurs Évolution sur 1 an Évolution sur 5 ans
Thales +14,7 % +41,8 %
Dassault Aviation +13,7 % +52,2 %
Safran +30,8 % +61,5 %
Rheinmetall +82,7 % +413,4 %
Saab +50 % +172,4 %

©  Les Echos Publishing – 2022 – Réf : 520122

Les thématiques