Après une belle année sur les marchés actions, quelles sont les perspectives en 2018 ?

Les marchés actions mondiaux ont connu une belle année boursière en 2017 et certains marchés ont battu des records…

 

Mais quelles perspectives pour 2018 ?

Voici deux réflexions de gérants :

Claresco : « La bonne santé de l’économie mondiale soutenue par des taux d’intérêts qui demeurent faibles constitue un facteur de soutien pour les marchés actions pour les prochains trimestres. Ceci est particulièrement le cas dans la zone Euro où l’environnement économique s’améliore avec un contexte politique plus stable et favorable aux réformes suite à l’élection du Président Macron en France. Aux Etats-Unis, les marchés devraient encore bénéficier de la dynamique liée aux baisses d’impôts qui pourrait éventuellement se prolonger avec le programme de relance par des investissements d’infrastructure. Toutefois, une certaine prudence s’impose sur les actions américaines car les niveaux actuels de valorisation nécessitent que la dynamique de résultats se maintienne au-delà des effets importants mais ponctuels liés aux baisses d’impôts. Les risques à surveiller nous paraissent se situer du côté des taux d’intérêts. La réduction du QE en Europe en 2018 et une poursuite de la hausse des taux courts aux US pourraient en effet se conjuguer avec une accélération de l’inflation liée au dynamisme de l’économie mondiale, et provoquer une brusque remontée des taux longs qui pénaliserait lourdement les marchés obligataires mais également les marchés actions.

Les principaux événements à venir qui pourraient affecter les marchés sont :
– Evolution du programme de relance par l’investissement du Président Trump
– Constitution d’un gouvernement en Allemagne
– Elections en Italie
– Discours des banquiers centraux
– Evolution de la géopolitique au Moyen-Orient  »

Montpensier Gestion : « L’année 2018 s’amorce sous le signe d’une croissance économique vigoureuse et synchronisée dans toutes les grandes zones du monde. Les Bourses, Wall Street en tête, sont à leur plus haut ou proches de leurs sommets. C’est le résultat de la politique monétaire la plus inédite de l’histoire : taux d’intérêt zéro et « Quantitative Easing » ont joué leur rôle et ramené la volatilité à son plus bas depuis l’avant-guerre du Vietnam. Mais les bulles émergent partout, à l’image des 450 millions de dollars payés pour un Léonard de Vinci controversé ou d’un Bitcoin ayant avoisiné les 20 000 dollars. Les Banques Centrales ne peuvent raisonnablement poursuivre longtemps cette stratégie de « planche à billets ».

► Qu’attendre alors de nos banquiers centraux ?
Aux Etats-Unis, Jerome Powell devrait suivre le programme Yellen et dégonfler le bilan de la FED. Les taux devraient monter 3 fois en 2018 ce qui pourrait porter le 10 ans US entre 2.60% et 3%.
En Europe, Mario Draghi ira, quant à lui, jusqu’au bout de la patience des allemands et poursuivra son QE en 2018. Sur les taux d’intérêts euro le marché ne s’attend à rien avant la fin 2018 voir mi-2019.
Au Japon, Haruhiko Kuroda accomplira sa mission kamikaze et créera davantage de Yens. Les taux eux ne devraient pas monter.
Quant au Dollar, il pourrait être soutenu par le différentiel de taux d’intérêt mais pénalisé par le déficit budgétaire américain et l’excédent commercial européen. Il n’est pas exclu qu’il évolue entre 1.15 et 1.25 et sorte ainsi vraiment du couloir de Shanghai fixé au G20 de février 2016 (1.05 – 1.15).
Globalement les Banques Centrales devraient acheter moins d’actifs en 2018 et ne devraient retirer vraiment de l’argent de la table qu’en 2019. Ainsi, nos indicateurs de conditions monétaires devraient en 2018 rester restrictifs aux Etats-Unis et toujours accommodants en Zone Euro.


L’Europe a connu depuis la rentrée un léger retour du risque politique après la période de grâce postélection française. Les tensions catalanes ont été contenues, en Allemagne Angela Merkel arrivera-t-elle à trouver une majorité avec le SPD ou préféra-t-elle constituer un gouvernement minoritaire ? En Italie, l’élection législative prévue pour mars 2018 fait craindre une hausse des partis populistes tels que le mouvement 5 étoiles avec Beppe Grillo et son nouveau lieutenant Di Maio. Du côté du Brexit la deuxième phase des négociations s’annonce sportives pour Theresa May, son allié peu docile du DUP irlandais et des « hard brexiters » de son propre parti. Une élection éventuelle amènerait probablement Jeremy Corbyn au pouvoir.
Aux Etats-Unis, Donald Trump connaîtra une année 2018 mouvementée. L’enquête sur les contacts de son entourage avec la Russie et les provocations nordcoréennes pourraient réveiller la volatilité disparue à Wall Street.
Au Moyen-Orient, l’avènement au pouvoir du prince héritier Mohammed Bin Salman, surnommé MBS, est un « game changer ». Au Yémen, au Liban, en Syrie, voire au Qatar et dans les Emirats, la rivalité entre l’Arabie Saoudite et L’Iran s’aiguise dangereusement.  »

 

Encore une fois, l’année sera sportive. Il faudra surveiller les marchés pour réagir au mieux au gré des informations, des anticipations de variations de cours….Rien de tel que de bénéficier d’un suivi personnalisé….avec ASB Conseil.

 

conseiller gestion de patrimoine

ASB CONSEIL
100 bis, rue Paul Doumer
91330 Yerres
contacter nous
Anthony Bioret - Conseiller en gestion de patrimoine

Anthony BIORET
Président
NOS CERTIFICATIONS
  • Orias n°14005498
  • Anacofi CIF E003944
  • Carte immo. n°1658